L’avare

Contenu de la page : L’avare

Une adaptation d’un grand classique pas tout à fait classique !

L’or est remplacé par l’eau et les personnages sont “incarnés” par des robinets ? Oui, c’est bien là, le parti pris de ce spectacle surprenant. Imaginez donc une bonne douzaine d’ustensiles de plomberie qui prennent vie pour vous livrer une version loufoque et pourtant fidèle de « l’Avare ». Imaginez Harpagon, en vieux robinet de cuivre, accumulant patiemment les gouttes du précieux liquide, alors que son fils Cléante, chromé mais à sec, cherche à étancher sa soif d’amour. Vous aurez alors une idée des surprises que vous réserve cette comédie insolite sur fond de pénurie de ressources naturelles.
Les personnages de cette adaptation ne convoitent pas l’argent mais l’eau, ils ne sont pas fauchés mais à sec. Il est posé ici une question d’une extrême actualité préoccupante : l’eau peut-elle devenir un bien privé, au même titre que l’or ou le pétrole ?
Le théâtre d’objet est un des avatars contemporains de la marionnette que Marcel Duchamp et ses détournements d’objets, a sûrement aidé à engendrer.